lundi 08  octobre  2018 OÙ EN EST-ON AU MOYEN-ORIENT ?  


     
Vous pouvez voir les supports images (Diapositives)  en
cliquant sur les indications
  La Diapo n° x   dans le texte.


Ce lundi 8 Octobre 2018, le Mouvement Européen du Touquet accueillait Monsieur Jean-Pierre Arrignon, Professeur des Universités, historien et spécialiste du Moyen Age et de la Russie pour cette conférence qui avait attiré près de 140 personnes.


Jean-Pierre Arrignon fixe immédiatement les enjeux de sa conférence :
« L’objectif de cette conférence est de réfléchir ensemble et de placer les événements actuels dans l’histoire qui fournit des points de blocage ou des points d’appui pour trouver une solution de paix dans les conflits d’aujourd’hui. »
I -    Quelles données historiques ?
Le Moyen Orient n’apparait qu’au 19ème siècle, zone médiane coincée entre l’Orient, centré sur le Golfe persique, et l’Europe.
Les Américains le définissent comme l’arc de cercle entre la Vallée duNil et la chaine des montagnes du haut plateau iranien.  C’est un monde contrasté.
En créant le terme Moyen Orient, et en l’utilisant en Sciences Sociales, on crée une unité qui n’existe pas.
Le Moyen Orient est un carrefour géographique et humain qui se définit plutôt par les réseaux qui le parcourent  que par des limites ou des frontières.

Dans ce pays au climat semi-aride parcouru par les nomades de l’intérieur ,six populations peuvent être dénombrées : Juifs, Perses, Romains, Arabes, Turcs, Grecs . . .
Parmi les Juifs, on relève les « Juifs Mizrahim », issus des communautés du Moyen Orient (dans les montagnes du Caucase au Nord-Ouest de l’Arménie); les juifs de l’Egypte, les juifs du Yémen (virulents et destructeurs au 6ème siècle) . . .


 
autre
conférence


 
Retour
Accueil


La civilisation nomade byzantine s’oppose à la civilisation perse et les deux se livrent une guerre à mort. L’Islam se développe  dans ce vide laissé par les deux civilisations précédentes avec l’apparition du coran. Avec les Juifs, apparait la région d’Israël et le concept de « Terre d’Israël ».
Ce sont les prédictions de la chute des trois temples. Le 1er Temple de Salomon 9ème siècle avant JC est détruit par Nabuchodonosor II, roi de Babylone 587 av JC. Le 2ème temple, reconstruit durant l’époque perse sous Zorobabel en 516 avJC.est souvent appelé d’Hérode car celui-ci l’a rénové et agrandivers 19 avant JC. Il est détruit en l’an 70 par les Romains.


Il existe un peuple, une culture, des traditions juives.Jérusalem n’est jamais mentionné dans le Coran 349 fois dans l’Ancien testament et le Nouveau Testament. En revanche, le Coran considère cette terre comme sainte.
La Diapo n°1 présente le Moyen Orient entre le Tibre, l’Euphrate et le Nil. C’est Babylone et les extensions du royaume assyrien.
La Diapo n°2
  reprend l’empire de Darius, 490 avant JC.
La Diapo n°3
  correspond à l’empire Grec d’Alexandre le Grand, 323 avant JC.
La Diapo n°4
  montre le Moyen Orient sous les Sélénides vers 280 avant JC. L’Arabie est neutralisée, c’est une terre de passage où la Mer Rouge regroupe des activités économiques très importantes. Les civilisations s’installent lelong des axes de communication. Le Moyen Orient est bien une terre de passage avec des peuples différents.
La Diapo n°5
  définit le monde des Safavides. Le monde musulman est aussi divisé que le monde chrétien. Quand se construit l’empire Safavide, les Perses s’affrontent avec les Turques et ils se partagent le monde : les Turques à l’ouest, les Perses à l’est. Au 16ème siècle, les Safavides font du chiisme une religion d’état.
La Diapo n°6
  dévoile l’empire Ottoman
La Diapo n°7
matérialise les conséquences des accords secretsSykes-Picot du 16 Mai 1916 (révélés le 23 Novembre 1917) entre La France et le Royaume Uniavec l’aval de l’empire russe et du royaume d’Italie.
La Diapo n°8 
dessine les pipelines : celui d’Iran-Irak et Syrie (« Russie is back ») ; celui du Qatar et de la Turquie (« US is back »). L’accès au pétrole constitue la première cause de la guerre. La Syrie est un passage obligé des gazoducs et pipelines.





I




La Diapo n°9   le pipeline Russe-Bulgarie vers l'Europe.
La Syrie est totalement déstabilisée après la guerre en Irak.
En 2011, tout le monde pensait que Bachar Al Assad allait devoir s’en aller, maintenant, on se rend compte qu’il va falloir négocier la paix avec lui.
Dès 2012, il est sauvé par l’engagement GINT (Global Initiative to Combat NuclearTerrorism)  car l’Iran est entré dans la région. Un général iranien,QasemSoleimani, reconstitue l’armée populaire syrienne. En 2013 le Hezbollah libanais (groupe islamiste chiite basé au Liban/ secrétaire général Hassan Nasrallah) entre en jeu. La mobilisation des Chiites a sauvé la minorité alaouite et Bachar Al Assad dont il est issu.
Le 26 Aout 2013, après le massacre de la Gouta orientale, l’Occident (Etats Unis inclus) veut faire tomber Bachar al Assad, mais Barak Obama hésite. Elu pour retirer les américains de l’Afghanistan, il redoute d’embourber à nouveau son pays dans une guerre épouvantable. Il préfère négocier l’accord antinucléaire iranien. Il laisse Poutine venir « nettoyer » la Syrie. Obama renforce ainsi la Russie. La diplomatie devient une machine à concessions… Les forces libérales syriennes se sentent abandonnées et l’état DAESH est proclamé, il s’impose par la terreur et le 29 juin 2014 le califat est rétabli par Abou Bakr al-Baghdadi et prend le nom d’Etat islamique.
Bachar Al Assad peut désormais dire à l’est comme à l’ouest : votre choix consiste à m’éliminer et laisser faire DAESH ou me soutenir et lutter contre DAESH.




En 2015, l’armée syrienne ayant eu beaucoup de pertes, manque de ressources humaines. Bachar Al Assad appelle à l’aide et le 30 09 2015, Poutine arrive avec 5 000 hommes, une logistique de haut niveau,accompagné aussi demercenaires (groupe Wagner). Cet engagement entraine un basculement politique.
Poutine vient sauver Bachar Al Assad uniquement par intérêt stratégique et économique. Le passage du pétrole et du gaz (plusieurs projets en cours de gazoducs et pipelines, qatari, européen, russe….), mais aussi la base navale russe de Tartous devenue permanente puis celle de Hmeimim, la revanche sur la chute de Kadafi en Lybie sont autant d’explications à l’intervention russe en Syrie.



I I -    Aujourd’hui
 Les négociations d’Astana (capitale duKazakhsta), à l’initiative de Poutine, ont relayé les pourparlers de Genève en échec. Il s’agit d’une volonté politique de passer à une phase concrète de recherche de la paix et non se contenter d’un » verbiage occidental ».
Le 24-12-2016 : après une discussion avec Erdogan (Turquie), un processus de conversations de paix tente de mettre tout le monde autour de la table des négociations.
Plusieurs réunions successives, à un rythme très rapide,( 01-02-03-05-09 2017) permettent de trouver des zones de sécurité démilitarisées sous le contrôle de la Russie, de l’Iran et de la Turquie avec des couloirs de protection pour essayer de redonner à ce pays un espoir de paix. A ce jour 1,6 millions de Syriens seraient rentrés en Syrie et une stratégie de réinsertion est enclenchée. Ce n’est pas la paix mais un processus existe.
Israël s’oppose au processus d’Astana. Israël a construit une politique étrangère de morcellement territorial.

Conclusion :

L’objectif de l’intangibilité des frontières est toujours en jeu or il existe des bases américaines très importantes aux frontières syriennes et irakiennes.

L’Union Européenne n’a pas de position claire, elle semble soutenir les américains (OTAN) et vouloir travailler avec le groupe d’Astana ?





L’origine de la crise en Syrie a été une crise alimentaire due à la sécheresse (mauvaise récolte de blé).

Qui fait quoi ? et comment ?

Si la secrétaire d’état américaine Condolezza Rice parlait d’adopter en 2 005 « une stratégie de chaos constructif »  dans le cadre d’une refonte du grand Moyen Orient, les américains ont eu une position dangereuse et plutôt marginalisée maintenant, en déclenchant un bloc Russie / Turquie / Iran / Syrie.

Questions :
1)  
Que font les Américains avec l’Iran ?
L’onde de choc de l’hésitation d’Obama a été terrible. La nouvelle diplomatie de Trump est de faire l’axe Washington/Ryad/Tel Aviv. Tout réside dans le rapport de force et la puissance. «  L’obsession américaine est d’empêcher la Russie de prendre une place même petite en Europe »
La crise sociétale américaine est majeure et se manifeste par une opposition virulente entre les intellectuels et les classes populaires. L’avocat de D. Trump a pu dire : « attention, si vous renversez D. Trump, vous pourriez avoir une révolution aux Etats Unis ».
2)   Et la Chine ?
Elle a réussi à garder la dictature d’un parti unique chinois tout en passant à l’économie capitaliste. Ce pays retrouve son identité et sa puissance économique. La Chine voit à 100 ans, dans un temps long, et non à 5 ans comme nous qui sommes dans un temps court !
« L’Empire du Milieu » entend retrouver la place culturelle que le monde lui avait reconnue avant les désastres du 20ème siècle. La Chine a des atouts économiques, culturels etc… (exemple : toutes les langues africaines sont enseignées à Pékin).
70% du commerce mondial se fait en dollars, les Etats Unis représentent 20%du PIB mondial…. Quand certains pays comme le Brésil, l’Inde, l’Afrique du sud, la Chine vont abandonner le dollar comme monnaie d’échange, que va-t-il se passer ?
Que l’U.E. conduise enfin une véritable politique européenne !
Il lui faudrait un Talleyrand !
La politique n’a jamais été une rhétorique mais une philosophie . . .
                                                                                                                       Caty  CAMION