lundi 05  novembre  2018 "Les  Pères de l'Europe : des poilus pour la Paix"


Ce lundi 5 Novembre 2018, le Mouvement Européen du Touquet célébrait à sa façon le 100éme anniversaire de l’armistice de la Guerre 14-18 en invitant M. Philippe Tabary (ancien journaliste, ancien fonctionnaire européen à la Direction Générale de l’Agriculture pendant 35 ans, désormais conférencier « Team Europe » et auteur d’une vingtaine d’ouvrages)  à présenter une conférence sur « Les Pères de l’Europe : des Poilus pour la Paix ».
Devant une centaine de personnes, M. P. Tabary a rappelé les grandes dates de la guerre ainsi que les conditions et exigences de l’armistice signé le 11 Novembre 1918. Le partage du monde, conséquence immédiate de la grande guerre, préfigurait les difficultés ultérieures que nous avons connues et connaissons encore actuellement. Si cette guerre était nouvelle par sa durée, par son ampleur géographique, par le nombre des victimes . . . elle devait permettre de revenir au message européen pour la paix.
La première tentative d’Union Européenne peut être attribuée à Aristide Briand et Gustav Streseman (prix Nobel de la paix 1926) . . . Jean Monnet participait au cabinet d’Aristide Briand . . .
Dans une deuxième partie Ph. Tabary a rappelé qui étaient « Les Pères de l’Europe », cf. document de la Commission Européenne. (visible à la fin de ce compte rendu).



 
autre
conférence


 
Retour
Accueil


La conférence de Monsieur TABARY
Dans un premier temps, M. Tabary rappelle la chronologie des évènements entre les 6 et le 11 Novembre 1918 ainsi que le nombre de victimes militaires et civiles par nationalité. Cf tableau joint.Il ne faut pas se limiter à raconter les événements, ni à attiser les haines et ressentiments, il vaut mieux tirer les conséquences et porter un message de paix pour l’avenir.
La guerre 14-18 est nouvelle et exceptionnelle en plusieurs points :
1)   sa durée est particulièrement longue (52 mois),
2)   le nombre de victimes est énorme.
3)  l’existence d’un front apparait pour la première fois,(avant cette date, les troupes étaient en mouvement)
4) elle ramène au message européen.
L’Europe de 1918 est une Europe brisée non seulement dans sa population avec près de 19 millions de morts (9 720 000 militaires et 8 871 250 civils), 21 230 000 blessés, parmi lesquels, beaucoup de jeunes entre 18 et 27 ans, une chute brutale de la natalité, environ 2 millions de naissances en moins. La population totale française était de 41 Millions en 1914 et toujours 41 millions en 1936. 40% de l’élite a disparu (Enarques, Saint-Cyriens, Normaliens) ; mais l’Europe est aussi meurtrie dans ses villes (détruites), ses territoires, sa foi (on a osé bombarder la cathédrale de Reims), sa géographie (les traités successifs entre 1918 et 1920 bouleversent les frontières.)  L’Allemagne était un empire avant la guerre, elle retrouve différents partis politiques dans une société allemande meurtrie elle aussi et devient une république alors qu’elle n’est pas préparée à ce bouleversement. L’armée française est compromise dans ses équilibres,mal préparée, mal équipée. L’Empire Austro-Hongrois disparait, au profit de la création de plusieurs nations. La Pologne réapparait et prend des territoires à tout le monde avec les matières premières qui y sont situées. La Russie donne le jour à des états artificiels et instables . . .


http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/

Une première tentative de création de l’Union Européenne peut être attribuée à deux hommes :
         Aristide Briand  et  Gustave Schrezman.

Le premier est « socialiste, internationaliste », président du conseil pendant 11 ans, le deuxième est catholique, ministre des affaires étrangères pendant 5 ans . . . Ils obtiennent le prix Nobel de la Paix en 1926 pour les accords de Locarno.
Après le discours d’Aristide Briand en septembre 1929 devant la Société des Nations, Schrezman, reprend l’idée et travaille avec Aristide Briand sur le projet d’une union douanière européenne . . .
On peut évoquer aussi Louis Loucheur, roubaisien, protestant, polytechnicien, ingénieur, en 1916 il est sous-secrétaire d’état à l’armement dans le gouvernement d’Aristide Briand. Il avait fondé en 1908 l’ex Société Générale d’Entreprise, devenue Vinci.
Il essaye de mettre en commun les charbons belge et français. Et fait comme Jean Monnet avant l’heure . . . 
Il est l’inspirateur de la partie économique du discours d’A. Briand du 5 septembre 1929 . . .

citons :

-   Joseph Bech,  Konrad Adenauer,  Robert Schuman

-   Alcide de GasperiPaul Henri Spaacq,   Johan Willem Beyen

-   Jean Monnet,   Winston ChurchillGénéral de Gaulle

-   Sicco Mansholt . . .

pour vous connecter au site de l’Union Européenne présentant les "Pères de l'Europe" :

     https://europa.eu/european-union/about-eu/history/founding-fathers_fr


pour vous connecter sur deux sites des "chemins de mémoire" :
http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/
http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/

En 2012, L’Union Européenne obtient le prix Nobel de la Paix, elle est devenue le symbole de la démocratie et le rempart du bolchevisme pour les américains, elle a attiré beaucoup d’autres pays.
Peu de femmes ! peut être le reflet de la société et de la vie politique ?   Quelques noms, et non des moindres, viennent à l’esprit :
Louise Weiss     Simone Weill     Nicole Fontaine     Angela Merkel . . .

En conclusion, nous constatons que l’idée des pères de l’Europe demeure : nous vivons la plus longue période de paix, de 1945 à 2018 !     C’est un avantage phénoménal et sans précédent
Caty  CAMION

  DOCUMENT  ANNEXE   indiquant les pertes civiles et  militaires ainsi que les blessés