ESCAPADE  à  ROME   du 12 au 18 juillet 2018


C’est bien connu, tous les chemins mènent à Rome . . .  Un chemin révélateur d’un voyage en Italie. Nulle part ailleurs, 28 siècles d’histoire ne sont aussi présents dans une ville.  Rome demeure véritablement un musée à ciel ouvert, une ville qui a préservé une véritable homogénéité architecturale. Les temples et les amphithéâtres antiques font partie intégrante de l’urbanisme, de la chrétienté. Les palais Renaissance affichent un baroque plus ou moins fastueux, comme jusqu’à en dessiner encore la ville. Les innombrables églises de Rome témoignent des premiers temps les fontaines et certaines places, sans compter encore les ruelles au charme médiéval qui en font un lieu où tous les styles se côtoient.
Et n’oubliez pas de jeter une pièce dans la fontaine de Trevi pour être sûr de revenir dans la Ville Éternelle . . .


Le jeudi 12 avril, à 8h00 du matin,
c'était le départ
en
Bus depuis le Palais des Congrè pour se rendre à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle. Après les formalités d’enregistrement et d'envol,  à 13h20, l'avion décollait pour Rome.
A 15h25, nous étions accueillis par notre guide accompagnateur : Alessandro qui, sans plus attendre, nous fit faire le tour panoramique de la ville, après quoi nous rejoignimes l'hôtel Palatino**** pour prendre notre premier repas italien avant de nous coucher.


Le vendredi 13 avril , Eléna, notre guide, nous prit en charge à l'hôtel pour  une visite des musées du Capitole.
La place du Capitole, qui a comme fond l'Hôtel de Ville, est le fruit du génie de Michel-Ange qui, pour la venue de Charles V à Rome, a dessiné une des plus belles places de Rome.

 
Retour à Escapades



Retour
à
Accueil
Au temps de Romulus, deux hauteurs boisées formaient la colline du Capitole : l'Arx et Capitolum. C'est entre les deux sur l'Asylum, que le fondateur de Rome rassembla les habitants des centres voisins. Nombreux sont les temples qui y furent bâtis pendant l'antiquité, le Capitolum dédié à Jupiter Capitolin reste le plus mémorable. Après 2500 ans, ses fondations sont encore visibles dans la nouvelle aile du musée, aménagée récemment par Carlo Aymonino.
C'est dans cet espace moderne, sous la grande verrière que se trouve la statue équestre de Marc Aurèle et les restes du Colosse de Constantin. C'est en 1471 que le pape Sixte IV
donna au Peuple romain une partie de sa collection de sculptures : c'est l'acte de naissance du premier musée au monde. C'est à cette date que sont parvenus au Palais des Conservateurs, la Louve Capitoline, le Tireur d'épine, le Camillus et le Colosse de Constantin. La collection s'est enrichie au cours des siècles et, parmi les oeuvres principales : la statue d'Hercule en bronze doré, Brutus Capitolin, Vénus de l'Esquilin, les reliefs des arcs de Triophe de Marc Aurèle et Hadrien.





Après le déjeuner, nous continuames avec la découverte de la Rome Ancienne et les origines de la cité romaine. C'est le 21 avril 753 avant J-C que Romulus, descendant d'Enée, fonde Rome, ville destinée à devenir, en l'espace de quelques siècles, la capitale d'un Empire d'une vastitude sans précédent. Cet itinéraire permet de revivre les étapes les plus importantes du développement de Rome « Caput mundi » : la fondation, la monarchie, la République et l'Empire, à travers aussi l'évocation des grands personnages comme Jules César, Auguste, Hadrien, Trajan, Constantin...

Le samedi 14  avril   fut réservé à la visite du Vatican et de  la Villa Médicis
Les musées du Vatican sont considérés comme les plus importants musées du monde et ils reçurent des chefs-d’œuvre très importants de l'époque Égyptienne jusqu'à la Renaissance. Les musées sont composés par des sections différentes, Notre guiden nous fit une sélection des incontournables.
Continuation vers la
Chapelle Sixtine, attraction majeure de tout voyage à Rome. Elle recèle quelques chefs d'œuvres de l'art mondial, dont les fresques peintes sur le plafond et les murs par Michel-Ange au XVIème siècle. Puis la Basilique de St-Pierre et la Place, encadrée de deux grandes colonnades en demi-cercle, qui symbolisent les deux bras de l'église accueillant ses fidèles.

L'après-midi fut réservé à la Villa Médicis ou "Académie de France" à Rome.
Ses magnifiques jardins et ses trésors, son histoire, son architecture et sa collection d'oeuvres d'art. Sa superbe façade orientée vers les jardins avec ses bas reliefs romains, les copies raffinées des anciennes statues et du Mercure de Giambologna, les sculptures contemporaines et les symboles liés à l'histoire des Médicis. Nous visitames aussi l'appartement du Cardinal Ferdinand de Médicis, recouvert des fresques de Jacopo Zucchi fraîchement restaurées, la Loggia, emblème de la Villa, puis l'atelier du Bosco, représenté dans un célèbre tableau de Vélasquez. Enfin, la gypsothèque et le carré des Niobides, fontaine créée par Balthus à partir de moulages d'antiques puis la découverte de l'extraordinaire panorama sur la Ville Éternelle depuis le Belvedère.

Dimanche 15 avril : Nous faisons à pied la voie de la conciliation pour arriver dans le quartier de Campo dè Fiori et Piazza Navona. Quartier typique et coloré où se trouve le marché des fruits et légumes. Nous entamons aussi une promenade dans les quartiers de Rome plus authentiques et pittoresques.
Puis nous continuons la visite de la Rome Baroque.

Cette ville éternelle, berceau de tout classicisme par la présence des restes de son splendide passé, a été,à partir de 1630,
le théâtre d'une véritable révolution artistique surtout liée à une nouvelle conception de l'espace. Considéré erronément comme un style décoratif pendant longtemps, le baroque est la manifestation figurative de la volonté des Papes de glorifier l'Eglise catholique, une des conséquences de la Contre Réforme : la Basilique Saint Pierre en est un excellent exemple. C'est dans ce contexte que des artistes comme Pietro da Cortona, le Bernin, Borromini, Andrea Pozzo . . .  pour n'en citer que quelques-uns, ont pu laisser libre cours à leur extravagante fantaisie. La visite guidée tend à vous donner un aperçu de la prolifération d'églises, de façades, de fontaines qui a fait de Rome une des plus riches scènes artistiques du XVIIème siècle : la place Navone, ancien amphithéâtre Domitien avec la fontaine des quatre fleuves,  le Panthéon, le plus imposant tombeau romain de la ville avec sa coupole qui a inspiré les plus grands architectes de la renaissance italiennes;
La Place de Trévi et sa magnifique fontaine
Ce dernier après-midi fut consacré à la visite des Basiliques antiques  Saint-Jean-de-Latran, cathédrale de Rome et Santa Maria Maggiore
Selon la légende le berceau du Christ y est conservé. La Basilique de Saint-Jean-de-Latran, qu'on appelle la « mère de toutes les églises
du monde », se trouve à l'emplacement d'une ancienne basilique que Constantin fit construire autour du 314 sur des terrains appartenant à la
famille noble des Latrans qui donne le nom au quartier. Au fil des siècles,  la basilique a été plusieurs fois endommagée et ensuite restaurée et enrichie. La façade du XVIIIe siècle, œuvre d'Alessandro Galilei, est un prélude aux merveilles de l'intérieur, réalisée par Borromini. Le Pape Innocent X Pamphili lui confia d'ailleurs, la rénovation de l'église en vue du Jubilé de 1650.           La basilique de Sainte-Marie-Majeure est la plus importante et la mieux conservée parmi les églises romaines consacrées au culte de la Vierge.    Elle se dresse au sommet du col de l'Esquilin et elle est la seule église à avoir conservé sa structure paléochrétienne originaire, bien qu'enrichie par des nombreux ajouts. Elle est décorée de l'un des plus riches ensembles de mosaïques au monde, la plupart du Vème siècle.

Le Colisée de Rome
L'arc de triomphe de Septimus Sévère

Le groupe MET dans la salle où fut signé le traité de Rome
le  25  mars  1957